La e-cigarette peut-elle aider à arrêter de fumer ?

La e-cigarette, communément connue sous le nom de la cigarette electronique , est un dispositif électronique qui s’est imposé au cours des dernières années comme l’une des solutions pour arrêter de fumer ou passer à une consommation moins risquée. Inventée en 1963 par Herbert A. Gilbert, avec un brevet déposé en 1965, la cigarette électronique est censée aider les fumeurs à réduire leur consommation de tabac, ainsi que les symptômes désagréables du manque de nicotine et par conséquent baisser les risques sur leur santé. Le baromètre de la santé de l’Inpes pour l’année 2014 estime que l’e-cigarette contribue à abaisser de 9 cigarettes la consommation journalière de tabac pour chaque fumeur.

La e-cigarette pour arrêter de fumer :

Ce nouvel outil, moderne et apprécié par de nombreuses personnes, fonctionne suivant le principe de vaporisation permettant de produire une vapeur aromatisée imitant la fumée du tabac, obtenue par l’échauffement d’une solution liquide qui présente les recharges. Cette vapeur qui peut contenir ou non de la nicotine apporte aux fumeurs la même sensation que la cigarette habituelle, cette sensation d’avoir la gorge qui gratte. La différence est qu’elle disparaît d’une manière beaucoup plus rapide que la fumée ordinaire. Outre la nicotine, le e liquide pour cigarette electronique comporte le propylène glycol ou le glycérol, en plus des arômes. Il existe aujourd’hui plus de 7 700 arômes différents.

La cigarette électronique est sans doute beaucoup moins toxique que la cigarette habituelle. Aujourd’hui, il n’existe aucune preuve scientifique qui affirme l’efficacité de la cigarette électronique par rapport aux autres formes de substituts nicotiniques (gommes à mâcher, inhalateurs, Patchs, comprimés,…), reconnues scientifiquement capables d’aider les fumeurs à abandonner définitivement le tabac. Le conseil supérieur de la santé a indiqué, dans un avis rendu public en 2015, que les études scientifiques réalisées sur l’efficacité de l’e-cigarette sont encourageantes, mais l’efficacité de cet outil dans le servage tabagique n’est pas encore prouvée. Néanmoins, l’utilisation de la cigarette électronique peur significativement réduire le risque de développer des cancers et des maladies respiratoires ou cardiovasculaires.

Mais, la réduction des risques du tabagisme ne signifie pas qu’il n’y a plus de risque. Le développement des troubles liés au tabac dépend souvent de la quantité consommée. La solution idéale pour éviter tout risque est d’arrêter de fumer.

La cigarette électronique peut être associée avec d’autres substituts nicotiniques afin d’atteindre le dosage nécessaire pour un servage confortable, tout dépend de la dépendance du fumeur à la nicotine.

Important à savoir :

La cigarette électronique n’est pas un produit médical et ne peut pas se vendre dans les pharmacies. Mais, la réglementation médicale pourrait s’y appliquer dans certains cas, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Lorsque la solution e-liquide stockée dans les recharges a une concentration de nicotine supérieure à 20 mg/ml et le taux de nicotine est supérieur à 10 mg.