Entorse à la cheville: les bons réflexes

La cheville est la partie du corps la plus sensible aux traumatismes, plus que le genou, le poignet ou encore l’épaule. Environ 6 000 entorses surviennent dans la vie courante ou lors de la pratique d’une activité sportive. Toutefois, il ne faut pas la négliger, en raison de séquelles douloureuses.Alors que faut-il faire dans le cas d’une entorse à la cheville ?

Qu’est-ce qu’une entorse ?

L’entorse de la cheville est un étirement ou une déchirure d’un ligament. Les ligaments sont des bandes de tissus fibreux composés principalement de molécule de collagène. Ils sont donc conçus pour unir deux pièces osseuses et les stabiliser.

  • Les causes d’une entorse :

Principalement, le pied part brutalement vers le bas et en dedans.

L’entorse est plus connue dans les milieux sportifs quel que soit le niveau, majoritairement dans les sports collectifs : football, basket-ball, volley-ball. L’usage de chaussures inappropriées, la fatigue, le surpoids, etc. favorisent également son arrivée.

  • Quels sont les symptômes :

La douleur varie selon la gravité de l’entorse :

  1. Entorse légère :

– Une douleur à l’articulation avec une possibilité de mouvements.

– Apparition d’un gonflement.

– Absence d’ecchymose.

  1. Entorse modérée :

– Une douleur à l’articulation avec des mouvements limités.

– Apparition d’un gonflement.

– Une ecchymose.

  1. Entorse grave :

– La perception d’un craquement ou d’une sensation de déchirure.

– Sentir une douleur intense, avec une difficulté de bouger.

– Il est souvent impossible de mettre son poids dessus.

– Apparition d’un gonflement.

– Une ecchymose.

Les blessures à la cheville sont très fréquentes, Mais si vous n’arrivez pas à marcher avec votre cheville blessée, une consultation et des radiographies s’imposent.

Les bons réflexes à adopter

  • RGCE :

– Le repos :

Si la douleur est importante, il convient de reposer le membre blessé, mais pas plus de 48 à 72heures. il est conseillé aussi de reprendre progressivement l’appui sur le membre.

En cas de besoin, vous pouvez utiliser des béquilles pour diminuer la douleur durant la marche.

– La glace :

Appliquez de la glace le plus tôt possible à l’aide d’une vessie de glace ou d’un sac rempli de glaçons. Cette action peut être appliquée régulièrement durant les premiers jours afin de réduire l’inflammation et diminuer l’enflure en resserrant les vaisseaux sanguins.

– La compression :

Enveloppez légèrement la région atteinte à l’aide d’un bandage élastique afin de réduire l’enflure et les ecchymoses et de soutenir les ligaments blessés.

– L’élévation :

Il est conseillé de maintenir le membre blessé en position surélevée pour favoriser le retour du sang dans les veines et limiter l’accumulation de liquide d’inflammation autour de la zone blessée.

  • Les traitements médicaux :

Des médicaments classiques (Des antalgiques et des anti-inflammatoires) peuvent aider à soulager les douleurs.

Les traitements de physiothérapie (massages, ultrasons, mobilisations, etc.) débutent en cabinet et sont prolongés à domicile afin de stabiliser l’articulation, et renforcer la musculature.

  • La chirurgie :

Envisagée en cas d’entorse grave, surtout chez les athlètes, ou chez les personnes ayant une instabilité persistante de l’articulation.

Elle consiste à reconstituer les ligaments lésés, à l’aide d’un greffon prélevé ailleurs dans le corps ou d’un matériel synthétique. L’acte est généralement réalisé sous anesthésie loco régionale.

Vous pouvez aussi réduire les chances d’apparition d’une entorse :

– En pratiquant régulièrement une activité physique.

– En ayant une alimentation équilibrée.

– En respectant votre temps de repos.